Damien Alary

Enfin libres

Poster un commentaire

Quel réconfort de voir Daniel Larribe, aux côtés des siens, sur notre terre gardoise,  après plus de trois ans d’éprouvante attente. Comme des millions de Français, j’ai suivi les méandres de votre libération cher Daniel ainsi que celles de vos compagnons d’infortune. Comme eux, j’ai vu vos visages marqués, vos regards hagards et votre joie en découvrant vos proches, en apprenant l’extraordinaire élan de solidarité qui a traversé le pays.

Comme ici dans le Gard, où grâce à la ténacité, la force mais aussi l’amour de vos proches, nous avons pu organiser une chaîne d’amitié extraordinaire.

Dans les villes comme dans bon nombre de nos villages, les banderoles ont fleuri. Avec vos visages inscrits comme autant de symboles de liberté et de souffrances. Vos visages renvoyaient à votre lutte là-bas dans un mystérieux lieu pour nous, lutte pour votre survie et votre dignité.

Heureusement, ces banderoles sont tombées de leur piédestal. Quelle victoire pour la démocratie et les droits de l’Homme ! Plus de trois ans après votre capture, cher Daniel, vous voici de retour au pays. Vous avez renoué avec une existence, j’allais dire normale. Mais nous le savons, nous le pressentons, ce retour à la vie d’avant n’est pas si simple. Je sais que ce que vous avez enduré doit toujours encombrer vos esprits et torturer vos pensées. J’ai lu dernièrement, et j’oserai dire dévoré, votre entretien dans Libération. A cette lecture, on comprend mieux votre long calvaire. On ressent mieux les affres que vous avez subies. On mesure les terribles épreuves traversées. Et du coup, on peut imaginer le temps et la patience qu’il faut pour estomper les outrages et se remettre d’un tel traumatisme. Je sais combien d’amour et d’amitié il convient de s’entourer  pour passer ce difficile cap. Je suis persuadé que sur ce plan vous êtes paré, cher Daniel.

Votre épouse Françoise, vos filles Marion et Maud  vos amis du comité de soutien, les élus ici présents et tous les Gardois en général ont été exemplaires.  Tous ont porté votre combat dans leur âme. Grâce à leur engagement, nous avons entendu vos voix et senti votre force, là-bas dans le désert brûlant et si froid à la fois. Malgré la distance qui nous séparait de vous. Depuis quand, les kilomètres occulteraient l’amour, l’affection et les énergies qui unissent les hommes.

Profitons du bonheur qui nous anime pour adresser un message d’espoir aux huit Français toujours détenus à travers le monde. Nous pensons fort à eux. Comme nous pensions de tout coeur à vous.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s