Damien Alary

Otages au Niger, trois ans après, l’espoir demeure

Poster un commentaire

Dans la nuit du 15 au 16 septembre 2010, cinq Français, un Malgache et un Togolais qui travaillaient pour deux multinationales sur un site minier d’uranium au Niger étaient arrachés à leur sommeil et enlevés par un groupe armé islamiste d’Aqmi. Cinq mois et demi  après, trois d’entre eux étaient remis en liberté dont notre concitoyenne, la Gardoise Françoise Larribe, épouse de Daniel.  Trois ans après, la situation n’a guère changé. Et le silence qui règne autour d’eux et de tous les otages français est assourdissant. Insupportable comme l’attente qui plombe la vie désormais entre parenthèses des familles d’otages.
Bien évidemment, aux quatre coins du pays et surtout dans le Gard, une chaîne de solidarité s’est construite grâce à la ténacité, la patience et l’amour des proches et des amis. Les banderoles, comme celle apposée sur la Maison du département du Gard, ont fleuri aux quatre coins du pays. Depuis les visages de Thierry, Marc, Pierre et Daniel sont entrés dans nos cœurs et nos esprits. Quatre photos comme autant de symboles de liberté et de silence. Ces quatre visages nous rappellent combien nous devons rester vigilants et mobilisés. Avec elles, nous avons hissé notre indignation à l’égard de tous ceux qui enferment, pourchassent, tuent, méprisent la liberté. Ceux qui ne respectent en rien les droits et la dignité de l’Homme.
Trois ans après la tragédie, nous devons garder les yeux grands ouverts et la volonté chevillée au corps pour nous mobiliser afin que Daniel Larribe, Pierre Legrand, Marc Féret et Thierry Dol ne sortent pas des mémoires collectives. Plus que jamais, nous avons besoin du relais des médias et du soutien de toute la population pour que l’Etat et les dirigeants des entreprises concernées s’attellent à leur libération. Comme nous, les familles et les proches craignent que nos otages meurent d’abandon.
Trois ans après, notre indignation et notre colère doivent gronder dans les villes et villages de France. Telle une rumeur  effarée et confuse qui se répandrait comme une traînée de poudre. Dans ce cadre, une marche de nuit est organisée dans Paris du 15 au 16 septembre prochains. La famille et les proches de Daniel, Marc, Pierre et Thierry partiront vers 3 heures (l’heure de l’enlèvement) et prendront le départ à Rueil-Malmaison, siège de l’entreprise Vinci. Ils y déposeront une lettre adressée au PDG. Ils poursuivront ensuite leur marche à pieds jusque chez Areva, puis à l’Elysée, à l’Assemblée nationale, au ministère de la Défense, au Sénat et ensuite au ministère des Affaires étrangères où ils demanderont à être reçus au Centre de crise. A chaque lieu symbolique, un courrier sera remis. Au terme du périple, une lettre sera transmise au président de la République.
Nul doute que cette grande marche nocturne, nous fera penser à l’errance des otages dans le désert. Soyons sûrs que nos témoignages, nos cris et nos pleurs irrigueront le désert d’Arlit, bruisseront comme des palmes au vent mauvais, s’épancheront aux portes de leur prison. Qu’ils sachent que l’on pense toujours très fort à eux. Que nous agissons. Que rien n’est perdu. Surtout pas l’espoir…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s